Voici mon tout premier exemplaire, envoyé par l'imprimeur pour vérification, je suis RAVIE !

ELEANOR, L'AAKEY

Roman De Marion BRIZ-ROSSI

Hello tout le monde,

J'ai écrit un roman, Fantaisie (Fantasy), cela m'a pris deux ans, que j'ai fait imprimer à mon compte.

Je vous mets des extraits, que vous pourrez également retrouver sur mon Blog "Marion3351", sur le Blog de mon mari "Mavespa", et ci-dessous bien entendu.

Le livre est au prix de 18 € et fait 592 pages. (+8 € pour les frais d'expédition pour la France) soit 26 €

Vous trouverez le résumé et les extraits ci-dessous. Je tiens à vous prévenir que certains paragraphes sont assez chauds, l'héroïne ayant une vie sexuelle légèrement débridée, lol

Une fois votre lecture des extraits terminée, si cela vous plaît, il vous suffira de me contacter par mail, par les coms des blogs ou par le Livre d'Or de mon Site.

En rupture, j'éditerais à nouveau en septembre ou octobre 2017 - Si vous souhaitez le réserver, il suffit de me le faire savoir par mon Livre d'Or et je vous joindrais à la liste. Merci pour votre intérêt et votre compréhension.

Merci de me lire :)

Marion

Bonne lecture, en attendant vos réponses ♥

J'ai été approchée par le Musée du marque page me demandant si je voulais bien envoyer l'un de mes marques page pour le Musée, j'ai accepté. Je suis sur le site du Musée, vous pouvez m'y voir en cliquant sur le lien ci-dessous, vous reconnaîtrez rapidement le mien :
  
 http://www.lemuseedumarquepage.fr/Imprimerie/Copy.Media.1.htm
 
Le lien du Musée :

  http://www.lemuseedumarquepage.fr/


LE RESUME
"Une vie normale pour Eleanor études, famille, amis. Mais des malaises de plus en plus fréquents lui font découvrir un destin sans pareil. Aidée d'Amiel un être magnifique et surprenant, elle va entrer dans un monde où les humains n'ont pas leur place. Cette nouvelle vie lui permet de découvrir l'Amour mais aussi une sexualité débridée, désirée ou imposée, une nouvelle famille, des êtres formidables mais également l'horreur de la guerre et des combats. Ses capacités qui évoluent dans ce monde de jour en jour l'amènent au bout de sa Quête. les Elfes et le Fés ne pourront pas se passer de cette guerrière novice mais dont les pouvoirs sont essentiels à la survie de leur monde."
 

EXTRAITS DU LIVRE :
Extrait 1
 
COMMENCEMENT
 
La première chose que je vis ce furent les deux avant-bras de la personne qui m'avait relevée, deux bras bronzés musclés et... tatoués. Je fronçais le nez. Je n'ai jamais aimé les tatouages. C'est une chose définitive comme la mort et qui aime la mort ? Pas moi en tout cas. Je parcourus la surface des bras jusqu'aux manches retroussées d'une chemise bleu pâle, puis au col duquel se dégageait un cou aussi bronzé que puissant, surmonté d'une mâchoire carrée, comme je les aime. Une bouche somptueuse large aux lèvres ourlées. À ce stade de mon examen les nausées et les vertiges qui m'avaient précipitée sur le trottoir reprirent de plus belle. Un gémissement m'échappa,je m'effondrais, retenue in extremis par l'inconnu. J'eus l'impression de tomber à la renverse dans un puits sans fond le ciel éclairé par une lune ronde rapetissant à grande vitesse. Puis tout s'obscurcit.
À mon réveil je me trouvais couchée sur un canapé, un plaid sur moi. J'étais seule dans un grand salon. La cheminée allumée dispensait seule, un peu de lumière. Avais-je été si glacée qu'on avait dû mettre en route la cheminée en plein juillet ? J'entendais du bruit dans une autre pièce. Je me redressais sur un coude, mon chemisier était totalement déboutonné, ainsi que mon jean mon soutien-gorge était dégrafé mais toujours sur mes seins. J'inspirais un grand coup. Mes nausées semblaient avoir disparu. Avec précaution je m'assis, pas de vertiges non plus, ouf. Je repoussais mes cheveux trempés de sueur, ils collaient sur mon front et mon visage. Je réajustais mon chemisier. Mon sauveur se découpait dans le chambranle d'une porte comme la lumière se trouvait derrière lui, je ne voyais que sa silhouette. Il était grand, un vrai géant. Du moins c'est l'effet qu'il me faisait, lui debout, moi assise. Il s'approcha avec un plateau, la lumière douce et mouvante du feu éclaira son visage. Je poursuivis mon inspection, interrompue par mon évanouissement. Un nez droit et de superbes yeux dont les pupilles noires mangeaient le vert. Beau, c'était le mot que mon cerveau, au ralenti, cherchait.
Extrait 2 :
Le lendemain, à jeûn, je me rendis au labo. La nuit avait été horrible. Mon cauchemar s'était subtilement modifié, pour devenir encore plus effrayant.
Il débutait toujours par une promenade bucolique dans des prairies vallonnées, puis j'approchais d'une forêt, sombre, épaisse, et l'angoisse m'étreignait la gorge. Je mettais toute ma volonté pour m'empêcher de pénétrer sous le couvert, mais j'échouais à chaque fois.
Le vert sombre sourdait des bois, m'enveloppait et me faisait perdre mes repères. Où que je me tourne, il n'y avait que la végétation, tellement dense que j'avais l'impression d'étouffer. Ensuite, du coin de l'œil, j'apercevais une bête immonde, gigantesque, que je n'entendais pas, mais dont le souffle, brusquement, effleurait ma nuque.
À ce stade tous mes poils et mes cheveux se hérissaient. J'étais incapable de fuir, pétrifiée par l'effroi. Je tremblais, je savais, avec certitude, que la bête allait me tuer, en m'infligeant le plus de souffrance possible. Et c'était cela que je redoutais le plus, pas tant de mourir que la douleur que cela allait entraîner.
C'est là, en principe, que je me réveillais, en nage et en hurlant. Mais cette dernière nuit, le cauchemar s'était poursuivi. Le monstre m'avait mordue sauvagement dans le dos, arrachant une grande partie de chair. La douleur fut intolérable. Je me réveillais en hurlant, la douleur dans mon dos persista un long moment, m'empêchant de bouger, décuplant mon angoisse.
Finalement je m'arrachais à mon lit d'un bond et me précipitais en pleurs devant le miroir triptyque de ma salle de bain, allumant toutes les lumières au passage.
Je voulais vérifier qu'il ne me manquait pas un grand lambeau de chair dans le dos.
J'observais, frissonnante, celui-ci, il était comme à son habitude, lisse sous ma peau pâle. Je pris une profonde inspiration et je laissais libre cours à mes sanglots.
Extrait 3 :
Quelques amies étaient venues me rendre visite. L'une d'elles me proposa d'aller boire un verre, ce soir-là. J'acceptais, à mes risques et périls, mais je commençais à tourner en rond dans mon petit studio.
Je retrouvais la petite bande d'amis dans une brasserie. Installée avec eux, je tâchais de me détendre, sans, cependant, parvenir à intégrer une conversation.
Je laissais mon regard courir sur les autres clients. Soudain je crus reconnaître Amiel. Mon cœur se mit à battre la chamade.
Mais non, ce n'était pas lui, il lui ressemblait, moins beau, mais charmant. Comme je le fixais, l'homme plongea ses yeux, bleus, et non verts, dans les miens.
Cela m'électrisa. Comme avec Amiel, je sentis mon bas-ventre s'enflammer. Le rouge me monta aux pommettes, je tentais de contrôler un orgasme qui montait. Et je n'étais pas la seule, l'inconnu, en face de moi, crispa ses mains sur les accoudoirs de son fauteuil. Ses yeux s'écarquillèrent de surprise.
Je fus certaine que nous atteignîmes la jouissance en même temps. Je me cramponnais également à mes accoudoirs, je me mordais la joue pour m'empêcher de haleter trop bruyamment. Rouge de honte et de confusion, je sentis un second orgasme m'anéantir. Je ne parvenais pas à lâcher le regard, aussi horrifié que le mien, du bel inconnu.
Je me forçais à fermer mes paupières, aussitôt le lien se brisa. Avec un long soupir silencieux, je me laissais aller contre le dossier. Puis, prudemment, entre mes cils baissés, je vérifiais que personne ne m'avait vue dans cet état. L'inconnu avait déserté sa place, ce que je concevais. Si j'avais osé, je me serais enfuie aussi.
D'une main tremblotante, je saisis mon verre de panaché et je le bus d'une traite. Ma gorge était aussi sèche que le désert du Kalahari, mais ma petite culotte, elle, était trempée.
 
J'espère que ces courts extraits vous inciteront à vouloir lire la totalité du livre...
Votre amie Marion
 
Vous pouvez partager cet article sur vos blogs, vos Sites et par mail à vos amis et famille, merci d'avance ♥

 

Couverture de mon Livre

CopyMédia = du sérieux, un contact chaleureux et très disponible, un travail très professionnel, j'ai tout adoré dans le livre qu'ils m'ont imprimé. Je vous les recommande vivement. Un merci tout particulier à leur attaché commercial Monsieur Nicolas LABORIE, dont la gentillesse,  la grande disponibilité et les conseils judicieux m'ont permis d'aboutir à la concrétisation de mon rêve, voir mon roman imprimé !
Merci à toute l'équipe pour leur professionnalisme.
Mme Marion BRIZ-ROSSI (pour le livre "Eleanor, L'Aakey")  http://www.copy-media.net/